Blog

Partager cet article

Facebook Twitter LinkedIn Email

Les produits atypiques de Bretagne

Lorsque l’on entend Bretagne, on pense galette-saucisse, crêpe, chouchen, cidre, kouign-amann, etc… mais certains producteurs ont décidé de changer la donne.

Le lieu de culture, la température, le climat, la composition du sol ou l’alimentation des animaux sont autant de facteurs qui peuvent modifier le goût, la texture et la composition d’un produit. Et si l’on vous dit que la mozzarella bretonne existe, comme le riz de l’ouest, le safran made in breizh ou que manger des roses ou de la courge spaghetti est possible en Bretagne ? En effet, tous ces produits poussent et se fabriquent sur la terre des irréductibles gaulois !

Et la mozzarella excella !

La mozzarella est l’un des fromages les plus connus. Saviez-vous qu’il faut 10L de lait de bufflonne ou de vache pour produire seulement 1kg de fromage ? Il s’agit d’un fromage à pâte filée uniquement composé de lait, de présure et de sel. Une fois le lait caillé, il est découpé et plongé dans de l’eau à 80°C environ. C’est à ce moment-là que le tout fond et est filé. Le filage consiste à mélanger et étirer le fromage fondu. Une fois homogène, on peut lui donner sa forme finale. La plus connue est une grosse boule mais il existe d’autres formats : billes, tresses ou même nœuds.

mozarella
Mozarella, Chèvrerie de la Baie, Bufala breizh

Source de calcium, d’iode et de vitamine A, la mozzarella est un fromage de choix. L’iode, nécessaire à la production des hormones thyroïdiennes, est souvent présent dans les produits de la mer, c’est pourquoi l’on trouve très peu de problèmes de thyroïde dans les régions côtières. Les végétariens seront ravis d’apprendre qu’ils trouveront un allié dans la mozzarella bretonne. Moins gras que la moyenne des fromages et contenant presque 15% de protéines pour 100g, la mozzarella mérite d’être appréciée à sa juste valeur !

Pour déguster de la mozzarella au vrai lait de bufflonne, c’est par ici.

Pas difficile d’être un adhérent du safran !

Dans de nombreux mets, la note subtile du safran fait fureur. Cette épice, issue des pistils de la fleur de Crocus Sativus, nous vient tout droit du Moyen-Orient et est aussi connue sous le nom “d’Or rouge”. En effet, c’est un véritable travail d’orfèvre pour obtenir 1 seul gramme de safran. La culture du crocus est très difficile et la récolte se fait, fin octobre, à la main, au petit matin avant que les fleurs ne s’ouvrent. Une fois les fleurs cueillies, il faut récupérer avec une pince à épiler les trois à cinq stigmates qui composent le pistil de chaque fleur, qui sont extrêmement fragiles. On appelle cette étape cruciale et extrêmement méticuleuse, l’émondage. Les stigmates sont ensuite séchés. Moins l’épice aura été manipulée, meilleure sera sa qualité.

safran
Safran et sa fleur le crocus, du Domaine du Triskell rouge

Cette épice a de nombreuses vertus, la plus connue est son effet antidépresseur. La consommation régulière de safran agit directement sur la production de certaines hormones responsables du sommeil, du bonheur et de l’équilibre nerveux. Le safran est aussi considéré comme un aphrodisiaque de par le tonus qu’il donne aux glandes sexuelles.

Cette épice qui a longtemps été convoitée, est aujourd’hui cultivée en France !  Si vous souhaitez vous procurer du safran made in breizh, déplacez-vous au Domaine du Triskell rouge dans les Côtes d’Armor à Evran à côté de Dinan.

La rose est une prose de saveurs

Pour découvrir une note plus florale et des saveurs plus méconnues du grand public, optez pour les roses. Leur douceur surprend tous les palais. Cette fleur sort le bout de son nez, généralement à partir du mois de mai et fleuri jusqu’à l’apparition des premières gelées. La douceur du climat breton lui est propice, elle n’aime pas l’humidité ni le gel. Si la fragilité de ces fleurs les rend magiques, l’usage qu’on peut en faire en cuisine les magnifie !

Les macarons à la rose de Pierre Hermé, meilleur pâtissier au monde en 2016, réjouissent les plus gourmets mais connaissez-vous la gelée de rose ? Les différentes variétés de roses cultivées au domaine du Triskell, Damas, Provins, Rugasas, Centifolia dégagent des parfums enivrants qui, une fois assemblés, font sensation sur les papilles. Vous aurez l’impression de manger ce que vous sentez, le résultat est aussi impressionnant que surprenant ! Si vous voulez tenter cette expérience, commandez sur : Domaine du Triskell rouge.

Une brise de riz breton

Rouge, blanc, noir ou sauvage, le riz se cuisine depuis la nuit des temps à travers le monde. Souvent cultivé les pieds dans l’eau, dans des rizières, parcelles inondées uniquement destinées à sa culture, il semblerait qu’initialement le riz ait été cultivé comme le blé sur une terre non inondée. Le domaine du Triskell rouge expérimente actuellement cette seconde méthode qui permet d’obtenir un rendement 15 fois supérieur à la méthode traditionnelle. Le propriétaire espère commercialiser d’ici 2 à 3 ans un riz cultivé sans aucun apport de produits chimiques dont la couleur verte vraiment originale devrait attiser la curiosité.

Le riz est mis en pleine terre début juin et dès début août apparaissent les premières grappes. Fin octobre, c’est le moment de la récolte, en même temps que le début de saison du safran. Si vous voulez visiter la ferme d’Alexandre Reis, et y découvrir ses nombreux produits atypiques, foncez par-là.

Alexandre Reis Domaine du Triskell
Alexandre Reis devant ses cultures de riz vert, Domaine du Triskell rouge

Pour les amoureux du jardinage

Trouver des produits originaux à consommer en Bretagne est donc possible  mais vous pouvez acheter vos propres plants et graines chez Claude Gallard SARL, à Landujan, en Ille-et-Vilaine, il  propose un très large éventail de choix de plantes rares qui ont du goût.

À partir de fin mars, vous pouvez vous procurer d’anciennes variétés de tomates ou encore des courges spaghettis. Ces plants ne demandent pas forcément plus d’entretien et apporteront des nuances intéressantes à vos assiettes. En cette saison, vous trouverez des plantes aromatiques qui sauront vous surprendre : cives de St-Jacques, sarriette, hysope et même pimprenelle…

La cive apportera un petit goût d’oignon plus fort que la ciboulette, la sarriette mettra de la fraîcheur dans vos plats de poissons, l’hysope, quant à elle, a un goût très prononcé mentholé et camphré et le petit goût de noisette et de concombre de la pimprenelle accompagnera vos salades de printemps.

Si vous souhaitez vous évader et apporter un peu d’exotisme breton à votre quotidien, ces produits ne demandent qu’à être goûtés. Cueillez, cuisinez et voyagez sans bouger de chez vous !


Nos derniers articles de Blog

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir des informations sur le bien manger au plus proche de chez vous :